Code HAPPY = -10 % sur tout le site (en + des soldes)



« Félicitations » ne rime pas avec intrusion

Posted by Alexia Andersson on

12 Semaines de (presque) secret. 
Notre noyau familial était au courant le jour de la confirmation de la grossesse.

Et j’ai peut-être dit que j’étais enceinte, en poussant fièrement mon ventre en avant, à quelqueS clienteS du pop up. J’avoue.

Et on a commencé à l’annoncer. Petit à petit. Beaucoup via téléphone interposé à cause de la distance.

Toutes les réactions n’ont été que remplies d’amour, de gentillesse, de yeux humides, d’impatience, de bonheur (et non je n’écrirai pas le mot à la mode « bienveillance » qui me pique les yeux, tellement il est utilisé à toutes les sauces :)).

Merci infiniment …

Mais il y a aussi eu une cascade de questions ou plutôt affirmations déguisés en conseils, que je n’ai jamais demandé. Je ne me suis pas retrouvé dans un échange ou une discussion mais dans un monologues de ‘tu DOIS faire ça.’

Et moi, je n’aime pas beaucoup faire ce qu’on me dit, encore moins quand ça ne me parle pas du tout.

A l’heure de la surinformation, où tout le monde  croit tout connaître sur tout mais ne sait au fond pas grand chose, où tout le monde donne son avis, s’informe sur la vie des autres via les réseaux sociaux, bombardé de publicités ciblées non stop, moi je ne m’y retrouve pas.

Et je ne sais certainement pas mieux que les autres, ni ne critique celles et ceux qui aiment se renseigner, écouter des podcasts, connaître les accouchements catastrophes ou atypiques des autres mamans. Ce n’est juste pas mon truc.

On a presque toutes regardé au moins 3 secondes de Baby Boom, histoire de se dire ah donc ça va se passer comme ça. Après il y a une marge entre se faire toutes les saisons, suivre 50 mamans connues sur Instagram, être membre de 13 groupes Facebook & écouter 3 podcasts chaque soir avant d’aller dormir.

Tout ça pour dire que… je fais régulièrement face à ce genre de situations :

Felicitations …

- tu dois faire du yoga prénatal !

- prends de l’homéopathie pour éviter l’episio

- N’achète que la YoYo!

- quel est ton osteo ? Ton kiné ? Dépêche toi d’y aller, c’est important.

- fais toi aider par une conseillère en lactation 

- les livres sur l’accouchement/ la grossesse/ allaitement que tu as ? Je te prête les miens.

- tu suis quels cours ?

- surtout pas cette crème / huile ! Cette marque là ! Ne prends que ça !

- Ne jure que par la seconde main. Ils grandissent tellement vite ! 

- …

WoooaaaaWww … trop d’informations pour moi.

Je suis sûre que chaque petit mot est rempli d’amour, d’une envie d’aider ou de partager.

Mais ma réponse est NON pour à peu près toutes les questions/ affirmations citées  précédemment. 
Et la stupeur en retour face à mon refus : tu verras, j’ai raison (dans 95% des cas). Ou une deuxième couche pour me faire capituler.

Je pourrai argumenter et répondre point par point mais je dirai plutôt :

« Chacun fait fait fait ce qui lui plaît plaît plaît »🎵 

Et laissez-moi une seconde, je viens de réaliser que j’avais un petit marin dans la cale. Je voudrais juste en profiter. Ensuite ma priorité est que ce Nipt test dise « tout est ok, ton bébé est en bonne santé » (c’est le cas), ensuite SI et SEULEMENT SI j’ai des conseils, je t’en parlerai.

D’ici là tous les conseils sont les bienvenus, mais pas les « tu dois faire ça ». Grande différence.

Chaque corps est différent, chaque femme vit sa grossesse différemment, chaque couple vit l’arrivée de ce petit coeur à sa manière.

Je ne pense pas qu’il y ait de bonne réponse mais UNE pour chaque femme. 

Et surtout, je n’aime pas trouver une solution à un futur problème hypothétique. Je n’ai pas envie de m’informer sur des choses qui ne m’existent pas encore ou n’existeront jamais. Le plus important se passe tous les jours dans mon ventre.

Je préfère l’observer s’arrondir.

Être surprise par les changements corporels divers et variés.

Un peu comme regarder par la fenêtre s’il y a du soleil plutôt que son gsm pour voir quel image est sous la date et la température.

Et bien sûr décompter les jours avant d’aller chez le gynécologue.

 

Personnellement, je lis :

1. La grossesse des paresseuses qui me m’explique brièvement ce que bébé vit en fonction de la semaine.

2. L’application Grossesse + : pareil & je regarde juste à quel fruit mon bébé ressemble.

3. Mon baby book : j’y colle les échographies et remplis son histoire 

Mon Joker : les bons vieux livres de Laurence Pernoud que ma maman avait pour ma sœur et moi. Jamais ouvert pour le moment. Ils vont à l’essentiel : grandir, manger, dormir :)

Mon essentiel : je lui achète un livre par mois. Babar (1e mois), Les Triplés à la plage (2e mois), Le Petit Prince (3e mois), … 

ET C’EST TOUT ! 🙂

J’insiste, je ne critique pas du tout les mamans qui conseillent, mais celles qui ordonnent.

Je ne critique pas du tout les mamans qui adorent s’informer sur tout, mais celles qui imposent qu’on s’informe également sur tout. Ce n’est personnellement pas mon envie.

Si problème, il doit y avoir durant ma grossesse, la naissance, après la naissance, je doute que parce que j’ai lu page 43 du livre X aux éditions X soit d’une grande aide. Je préfère m’entourer de professionnels d’expériences et compétents en qui j’ai confiance. C’est eux qui sauveront la situation. Ou pas. 
Par contre, évidemment très important pour moi de faire tout le suivi, de vérifier tous les paramètres, de bien manger, dormir, etc… à nouveau le seul qui peut vérifier que tout est ok selon moi : gynécologue, les prises de sang et divers tests à faire durant la grossesse.
Mais savoir que Paulette s’est fait écraser l’abdomen, que c’est illégal, mais pratiqué par certains médecins, qu’elle a eu des forceps, souffert le martyre et sa fille une cicatrice sur la tête à cause de la spatule & que l’infirmière a recousu dans son muscle et qu’elle n’a pas pu s’asseoir pendant 3 semaines sauf sur une bouée. Et enchaîner sur l’histoire de Josette & Claudine. Je suis sincèrement désolée pour Paulette, Josette & Claudine. Et si je vis quelque chose de similaire j’adorerai parler à l’une d’entre elle. Peut être. Ou pas. Mais là non merci. Pas pour le moment.

Imaginer que peut être je vais vivre telle situation, se renseigner sur les solutions, les préventions, les autres témoignages, les autres drames. Et recommencer. Loin de moi. 

Entre les e-mails parce j’ai tapé quelques mots clés, les partages de l’entourage & les réseaux sociaux, si j’écoutais tout le monde j’aurai 4 berceaux, 1 lit cocododo, 2 couffins, 1 écharpe, 5 autres systèmes de portages, 23 poussettes, 45 livres, 220 heures de podcasts… et plus une seconde pour réfléchir à ce qui me plairait, nous plairait.

Alors je bouche mes oreilles, je ferme les yeux, je dis merci ensuite j’imagine ce qui ME plairait, ce qui NOUS plairait. Je me base sur la manière dont j’ai grandi, comment on m’a élevé, ce qui m’a plu, ce qui m’a déplu (pas grand chose), ce que j’aimerais transmettre, … Je repense à mon enfance incroyable. Je me dis que j’ai beaucoup de chance. Que notre petit Loulou aussi. Parce que l’essentiel est là : beaucoup d amour. 

Bon avec tout ça, il faudrait peut être penser (quand même - oui oui) à préparer doucement mais sûrement l’arrivée de cette beauté…

Il nous reste 5 mois.

Suite la semaine prochaine avec ma liste pas la liste. Je pense que vous avez saisi ma nuance si vous avez eu le courage de lire jusqu’ici ce long post. 

Mille mercis & doux dimanche. 

Alexia 

 

(sur la photo, mon baby book, livre imaginé & fabriqué en Belgique en vente sur www.bizoobizoo.be > PLAY > Livres - 70€. Édition très limitée)

 

 

0 comments

Leave a comment